Motos des années 60/70
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

forum  liens  astuces  

Derniers sujets
» idées ballades
Mar 31 Juil - 8:46 par Tonnelier jean pierre

» Restauration CB500 Four K1 1974 "full stock" Candy Jade Green
Ven 27 Juil - 20:48 par Thierry

» Honda Dream 1964 305cc
Jeu 28 Juin - 18:55 par Thierry

» Yamaha 650 XS de Thierry Lespiaucq
Jeu 28 Juin - 18:54 par Thierry

» un petit gamin
Jeu 28 Juin - 18:52 par Thierry

» Kawasaki Z1300 - Moteur
Dim 24 Juin - 12:00 par Thierry

» Restauration d’une moto Suzuki GT750
Sam 23 Juin - 22:01 par Tonnelier jean pierre

» TX750 (1973)
Sam 23 Juin - 20:30 par Thierry

» Immatriculation d'une moto ancienne....
Sam 23 Juin - 20:27 par Thierry

Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier

Les posteurs les plus actifs de la semaine


Yamaha 650 XS - 1970

Aller en bas

Yamaha 650 XS - 1970

Message par Admin le Mar 5 Juin - 17:33

Présentée en France dès 1970, la 650 XS est tout d’abord la première machine quatre-temps fabriquée par Yamaha et c’est aussi sa plus grosse cylindrée du moment. En effet, à l’époque où l’on commençait à parler de normes anti-pollution, notamment sur le marché américain qui représentait déjà à lui seul la part la plus importante du gâteau mondial de la moto, les dirigeants de la firme aux trois diapasons songèrent alors à étoffer leur gamme. Contrairement aux deux autres constructeurs japonais Suzuki et Kawasaki, qui ont tout d’abord développé des modèles allant jusqu’à 750 de cylindrée avant de passer aux soupapes, Yamaha, dont le plus fort cubage n’excédait pas 350, fit cohabiter grosses cylindrées à chaîne de distribution et plus petites à moteur à lumières. Il s’agissait à l’époque de l’unique gamme routière mixte 2T/4T chez les constructeurs japonais…


La 650 XS possède une élégance rare pour une grosse cylindrée de l’époque. Elle évoque la finesse, grâce à son réservoir étroit et la rigueur, due au moteur parfaitement vertical. Une pièce superbe. Son design emprunte indéniablement beaucoup à l’élégance « so British » du Triumph Bonneville, dont il reprend l’aspect. Il fut conçu avec le bureau d’étude Toyota, qui fera bénéficier Yamaha de toute son expérience des moteurs quatre-temps et notamment de celle acquise lors du développement de la Toyota GT2000 à 6 cylindres.

En ville

Sur les premières versions (XS-1, XS-1B, XS-2 mais aussi les premières 447), la sonorité rauque s’écoulant des deux silencieux (pas tant que ça d'ailleurs... mais à l'époque, même la maréchaussée était mélomane), est un vrai régal et accompagne superbement les poussées vigoureuses ou les rétrogradages au gré des circonvolutions. De quoi faire oublier les vibrations bien présentes. Une 650 ne manque pas d’agilité et affronte la corvée des embouteillages le sourire au bout des cylindres.

Sur route

Une fois retirés l’élégant réservoir et les deux caches latéraux agrémentés de leurs ornements chromés recouvrant le cadre, nous découvrons le talon d’Achille de la bête. Celui qui, le premier, tripota de ses gros doigts de pilote l’intimité de la belle, se nomme Percy Tait, champion/technicien, auquel Yamaha confia la mission de rendre à la danseuse XS, une « balistique routière » et des trajectoires plus contrôlées en conditions extrêmes. Ce fut fait et bien fait. A partir du premier modèle 447, la 650 XS ne souffrira plus de cette tenue de route un tant soit peu « ondulante » sur mauvais revêtement. Une fois le cadre équipé de renforts et d’éléments de section supérieure, ainsi que d’une entretoise rigidifiant le double berceau à l’avant du moteur, le comportement routier de la 650 Yamaha rentrera dans le rang des « cadres supérieurs » !

Sur autoroute

Une fois encore, dès le modèle 447, la 650 montre une belle rigueur de comportement. Hormis les gazouillis dans les doigts provoqués par d’intenses vibrations, la Yamaha avale l’asphalte filant bon train. Naturellement, l’absence de protection nuit gravement au port de tête du pilote, dont le casque est bien balloté passés les 140 km/h. Toutefois, sauf obligation, l’autoroute n’est pas son terrain de jeux préféré…

En duo

Surprise, quel que soit le millésime, une 650 XS se chevauche à deux avec plaisir. Les premiers modèles disposaient même d’un arceau de maintien. Dans tous les cas, selle large et confortable…

Freinage

On se régale vraiment sur les petites routes sinueuses et sur l’ensemble du réseau secondaire avec ces motos. Que du bonheur entre chaque virage. Par contre, à ce petit jeu, la XS-2 tiendra vite la dragée haute à ses deux sœurs à tambour dans certains enchainements nécessitant un freinage musclé et endurant. Le disque qui l’équipe assure plutôt honorablement, alors que le tambour avant des versions XS-1 et XS-1B sera plus… « fumant » dans certains cas extrêmes…

Consommation

Quelle que soit la cuvée, une 650 XS consomme peu. 7l/100 en tirant dessus comme un goujat, moins de six litres en pilotant raisonnablement…

L’entretien

Si la moto a été restaurée à 100%, pas de problème. La 650 XS est une moto fiable, qu’il convient juste de chouchouter comme toute vieille dame de retour aux affaires après lifting. Elle appréciera d’être chauffée, pas trop chahutée et contrôlée de la vessie tous les 1000 kilomètres.
avatar
Admin
Admin

Messages : 268
Date d'inscription : 29/05/2018
Age : 61

Voir le profil de l'utilisateur http://res-vauban-a-108-1.motards.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum